Portrait d'apprenti: Mohamed, EREA Pierre Mendès France, La Ferté-Macé

Soumis par leila le lun 11/01/2021 - 10:50

« Le voyage initiatique de Mohamed »

 

Mohamed est guinéen et a vécu jusqu’à ses 15 ans dans ce pays ; il a eu 17 ans en décembre dernier ;

De 7 à 10 ans, il est allé à l’école où il y a appris le français et l’arabe ; la langue française, il la connait déjà grâce à sa maman qui écrit et parle cette langue à la maison ; mais il approfondit ses connaissances à l’école, qui est un véritable lieu de rencontre pour lui et où « on apprend plein de choses, même si on est beaucoup par classe », lui qui passe ses journées sinon, comme la majorité des autres enfants , à aider sa maman, des journées très longues même s’ils habitent dans un endroit peuplé, mais sans beaucoup de loisirs et où l’ennui règne…Il insiste sur l’importance de parler le français, « c’est ce qui te permet de communiquer avec les autres ».

Lorsqu’il a 10 ans, sa maman se remarie avec un homme et tous déménagent dans un village isolé pour reprendre une ferme ; Mohamed doit redoubler ses efforts entre le travail aux champs et s’occuper à temps plein d’un petit frère, né de cette nouvelle union ; cela dure 3 ans, jusqu’à ce qu’un oncle vienne leur rendre visite et lui propose un voyage en France ; Mohamed n’hésite pas une seconde et pars le lendemain matin, à l’aube pour ce long voyage ;

Il se passera 6 mois entre son départ de Guinée et son arrivée en France, avec des étapes au Mali, en Algérie, au Maroc, en Espagne et après avoir pratiqué et testé tous les moyens de locomotion et de déplacements possibles et i(ni)maginables, dans des conditions parfois plus que rudes, et seul, la moitié du temps, car séparé de son oncle en milieu de route…

C’est à Evreux qu’il fait sa demande d’asile pour mineurs, et où il sera par la suite, pris en charge par l’ASE ( Aide Sociale à l’Enfance) ; cet organisme contacte la Dasden de l’Orne et fait une demande de scolarisation à l’Erea de la Ferté-Macé ; c’est ainsi que Mohamed se retrouve scolarisé en CAP maçonnerie sous statut scolaire ; après avoir discuté avec un de ses ami, il décide de faire sa deuxième année en apprentissage, ce qui facilitera et participera largement aussi à la régularisation de sa situation , par la suite, à l’ambassade de Paris ; Mais il est très dur pour Mohamed de trouver un patron étant donnée la crise que le pays traverse, et n’ayant jamais travaillé ; Cependant, il persévère et dresse un listing sur les pages jaunes avec toutes les entreprises de maçonnerie aux alentours, qu’il contacte une par une ; et il est récompensé par une réponse positive de l’entreprise Hardy Eric, sur Ecouché , qui accepte de le prendre comme apprenti sur l’année scolaire 2020/2021 et signe son contrat le 8 septembre ;

Ce qu’il lui plaît dans cette formation ? « la rapidité , les gestes techniques, s’améliorer, améliorer son travail ». Et puis, il s’est fait des amis à l’internat ; On dit de Mohamed qu’il est assidu, motivé, soigneux dans tout ce qu’il entreprend, a énormément progressé au niveau de la langue française et il fait même partie des meilleurs apprentis ! Lui se décrit comme quelqu’un de souriant, courageux, très gentil et timide…

Je conclus cet entretien en lui faisant dire qu’il pouvait rajouter à cette liste la notion de fierté ! Une nouvelle page se tourne pour Mohamed, à lui de l’écrire !