Portrait d'apprenti: Noémie, 3ième année DTS IMRT, Lycée Jean Guéhenno, Flers

Soumis par leila le lun 08/03/2021 - 13:40

Noémie, troisième année DTS IMRT, Diplôme de Technicien Supérieur en Imagerie médicale et radiologie thérapeutique, au lycée Jean Guéhenno.

Ce DTS forme les étudiants aux technicités des radios pour qu'ils puissent diagnostiquer d'éventuelles fractures ou lésions. Ils peuvent aussi être amené à utiliser des rayons ionisant pour détruire des tumeurs ou intervenir en médecine nucléaire.

Originaire d’Orléans, Noémie passe un Bac Scientifique à Pithiviers ; Au lycée, elle est attirée par le secteur médical et plus particulièrement par le métier de sage-femme ; cependant, elle ne se sent pas prête à entrer en école de médecine et ce qui l’intéresse, c’est le contact humain. En classe de 1ère, elle participe à un forum de l’Orientation sur Orléans et découvre le DTS en échangeant avec une formatrice. Très intéressée, elle poursuit ses recherches en ce sens et décide de se lancer sur cette voie ; l’année de son Baccalauréat ( Noémie passera un Bac scientifique) , elle s’inscrit donc sur Parcours Sup dans 9 écoles (Tours, Poitiers, Reims, Orléans…) et en parallèle, à la faculté de biologie pour assurer ses arrières, où elle est rapidement prise ; à Flers, elle se retrouve 16 ième sur liste d’attente (liste sur laquelle se retrouvent environ 350 personnes tous les ans) et de jour en jour, remonte dans le classement jusqu’à se retrouver dans les 15 personnes qui intègreront la rentrée de septembre 2018, sur Flers ; A noter que ce DTS n’existe que dans 4 centres en Normandie , sous statut scolaire, et qu’ en apprentissage, il n’est possible que sur Flers ( à partir de la deuxième année uniquement) ; les places y sont donc très chères !

En décembre 2019, Noémie signe son contrat d’apprentissage avec un cabinet de radiologie et l’hôpital d’Orléans ; elle y découvre respectivement le fonctionnement des scanners, IRM, échographies, mammographies et d’autre part, étudie la médecine nucléaire et la radiothérapie.

A l’issue de l’obtention de son diplôme, son objectif est de revenir travailler sur Orléans dans le secteur privé et d’y intégrer une petite structure, « où l’ambiance y est souvent meilleure ».

En parlant de « profil type » pour cette formation, Noémie avance qu’il faut être curieux, polyvalent, avoir le sens du contact et aimer la physique « mais qui est très différente de celle enseignée au lycée, car a un sens direct avec la formation et permet de comprendre comment les machines fonctionnent ; c’est beaucoup plus concret » ; en règle générale, elle ajoute « qu’il ne faut pas se fier à son niveau au lycée : en 1ère et Terminale, j’avais juste la moyenne en maths, physique, SVT, sciences et cela n’a rien à voir avec mes notes actuelles qui sont beaucoup plus élevées ! Ici, je trouve tous les cours intéressants car ils donnent un sens à ma formation, je travaille pour mon diplôme. »